Partager

Mais à quoi joue la Banque Centrale européenne ?

Billet d'humeur 6 décembre 2022

Lundi dernier, la Présidente de la BCE Christine Lagarde est venue nous rendre sa petite visite de routine dans notre commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen. Je ne me suis pas faite prier pour lui poser quelques questions sur sa politique monétaire actuelle et sur la façon dont elle va ajouter de la crise à la crise et faire payer les plus pauvres si elle persiste dans cette voie. Décryptage.

Depuis cet été, la Banque centrale européenne (BCE) a opéré un tournant dans la politique monétaire, notamment en augmentant de 2 points de pourcentage ses taux directeurs, les taux d’intérêt de référence pour toute la zone euro. En faisant cela, la BCE considère qu’elle contribue à lutter contre la très forte inflation qui a actuellement cours dans l’UE et la zone euro (supérieure à 10%) dans le but de la ramener proche de l’objectif des 2% qu’elle s’est fixé.


Lutter contre l’inflation. Jusque-là je peux être d’accord avec Christine Lagarde. L’inflation actuelle a des effets délétères pour les gens dans la mesure où les salaires, les prestations sociales et les pensions de retraite n’augmentent pas ou en tout cas pas dans les mêmes proportions que les prix. D’ailleurs, même Christine Lagarde a reconnu que 1) l’inflation provenait essentiellement de la hausse des prix de l’énergie et 2) que l’inflation touchait en premier lieu les plus pauvres, puisque les postes de dépenses qui augmentent le plus (alimentation, énergie) représentent une plus grande part de leur budget.


Mais Christine Lagarde en tire des conclusions complètement à rebours de cette analyse et, fidèle à sa tradition libérale, emmène la politique monétaire européenne dans une pente extrêmement dangereuse. Qui risque de nous coûter gros en aggravant la récession qui se profile. Concrètement, ce qu’espère la BCE en augmentant les taux d’intérêt, c’est que les ménages et les entreprises empruntent moins et dépensent moins, ce qui aura pour effet de diminuer la demande et donc la tension sur les prix. Dans les livres d’économie libéraux, ça fonctionne comme ça, mais pas dans la réalité. Ici, l’inflation n’est pas tant liée à un excès de la demande qu’à une perturbation de l’offre par l’effet combiné des confinements et de la crise énergétique liée à guerre en Ukraine qui se répercute sur l’ensemble de l’économie.


Christine Lagarde est consciente de ça, mais elle redoute quand même par-dessus tout que ne s’enclenche une spirale “prix-salaires” par laquelle une augmentation des prix entraînerait une augmentation des salaires qui entraînerait à leur tour une augmentation des prix, et ainsi de suite. Une fable, reprise à l’envie par Emmanuel Macron, pour justifier le refus d’augmenter les salaires. Une fable, largement battue en brèche par… le FMI, dont Christine Lagarde était à la tête avant d’aller à la BCE ! (Oui ça n’arrivera pas souvent que je cite le FMI en référence). Dans une étude récente, le FMI démontre non seulement que la boucle prix-salaires n’a aucune vérification empirique, mais que « les risques d’une spirale prix-salaires semblent maîtrisés, malgré une inflation élevée » et « une accélération durable des salaires et des prix est peu probable »


Mais cela n’empêche pas la BCE de continuer sans fin à augmenter les taux afin de contracter la demande. Et contracter la demande, quand on le fait de manière générale et non-ciblée, ça veut dire très concrètement ralentir l’activité et favoriser la récession. Et tout le lot de galères que ça implique pour les gens. C’est la double peine pour les plus pauvres : 

  • D’une part, l’inflation ronge leur niveau de vie réel et les appauvrit

  • D’autre part, l’augmentation des taux fragilise l’économie et par ricochet les personnes servent malheureusement de « variable d’ajustement » en temps de crise. 

En résumé, la BCE assume de créer du chômage et de la précarité pour respecter l’objectif des 2%... qu’elle risque très probablement de ne pas atteindre de cette façon ! Car pour lutter contre l’inflation, nous avons des idées bien plus directes et efficaces : contrôle ciblé des prix, taxe sur les superprofits des profiteurs de crise dans tous les secteurs, reprise en main des secteurs essentiels sous contrôle public, relocalisation, etc.

En plus de cela, Christine Lagarde a le culot de dire que les mesures budgétaires de soutien aux ménages et aux entreprises sont contre-productives car elles risquent d’entraver l’action de la BCE, ce qui pousserait la BCE à durcir encore davantage sa politique monétaire ! Derrière les chiffres et le jargon économique, il y a des vies humaines. Voilà pourquoi, je continuerai à me battre pour démocratiser la politique économique et monétaire européenne. 

Et pourquoi nous devons collectivement en reprendre le contrôle. 

L'économie au service des peuples

Autour des mêmes combats

10 juin 2022

Festival de caricatures contre notre programme économique de la NUPES : ils ont peur

La NUPES est en très bonne position pour remporter les législatives....

21 février 2022

L’Union européenne sur le point de céder aux lobbys dans la lutte contre l’impunité des multinationales

Mais que se passe-t-il à la Commission européenne depuis 8 mois ? La proposition d’une directive pour rendre les multinationales responsables pour les violations des droits humains commises dans leurs chaînes d’approvisionnement a été repoussée plusieurs fois. En toute opacité et sans explications.
17 décembre 2021

Notre étude inédite sur la taxation des profiteurs de crise

La crise sociale engendrée par le Covid a précarisé les plus fragiles. Mais certaines multinationales n’ont pas connu la crise et ont même vu leurs profits exploser. L’une de nos propositions pour financer la sortie de crise Covid, c’est de taxer ces profiteurs de crise ! Cela s’est déjà fait dans l’Histoire et notamment en France lors de la première guerre mondiale, avec un taux de 50%.
11 novembre 2021

Evasion fiscale des multinationales : le Parlement européen s'accommode d’une mesure de transparence au rabais - Communiqué de Presse

Ce jeudi 11 novembre a eu lieu la validation finale d’une directive sur la transparence fiscale. Le combat mené depuis plus de 5 ans par les ONG s’achève par un texte au rabais, loin des ambitions initiales portées par le Parlement européen. Ce texte, qui aurait pu marquer une réelle avancée, a été vidé de sa substance. Le Parlement européen a cédé face au Conseil et s’est arrêté au milieu du gué, manquant une occasion historique de se donner les moyens de lutter réellement contre l’évasion fiscale.
5 juin 2021

La France et l’UE cèdent aux lobbies de l’évasion fiscale pour une transparence fiscale à trous

Savez-vous combien d’impôts paient Total, Amazon ou Facebook ? Non et c’est bien tout le problème de l’évasion fiscale. 7 ans que je me bats. 7 ans que j’ai commencé le combat pour une mesure simple mais efficace : la transparence des multinationales.

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.